AVANT-PROPOS

Durant la longue période que couvrit l'antiquité, nombreux empires naquirent à l'apogée de très anciennes civilisations. Pour beaucoup, chaos et désolation suivirent de près leurs naissances, tel fut le sort de l'Empire d'Alexandre.

Doit-on comprendre, que seule la volonté d'un homme de génie ait su accomplir l'œuvre impériale, et qu'à sa disparition tous desseins de conquêtes et sauvegarde des frontières semblaient utopiques !

Pourtant, d'autres empires s'imposèrent de manière moins éphémère, qu’un court règne à l’échelle d'une vie humaine. Pratiquant des politiques tyranniques dans leurs provinces, créant de ce fait l'inévitable impopularité impériale, ceux-ci devaient bientôt générer leur propre anéantissement, ainsi disparut l'Empire perse.

Grâce à ses structures républicaines, la Grèce aurait pu prétendre à une carrière impériale exemplaire. Son régime démocratique, fer de lance de sa politique, en fut l'un de ses ferments. Malgré tout, les cités-états, composants le monde grec, ne connurent guère d'alliances durables. L'hellénisation devra souffrir de ces dissensions, ne pouvant perpétrer à travers les âges, son fond linguistique à ses ex-colonies.

La Grèce exceptée, l'Histoire voulut donner une destinée semblable à tous ces empires, s'éteindre sans retransmettre leur mode de civilisation.

Néanmoins, plusieurs hommes déjà témoignèrent de talents et ressources significatifs, ayant le commun désir d'exporter l'enseignement de vie sociale auquel ils croyaient. Malheureusement, bien peu d'entre eux en adoptaient la constance nécessaire à l'aboutissement de si nobles projets. La ruine de ces empires est de n'avoir su conserver la recette républicaine apportant déjà tant de succès, à une autre puissance impériale naissante.

En effet, à l'aube de l'ère chrétienne, une civilisation en plein essor donna vie à un empire sans précédent : L'Empire romain.

Réelle symbiose de par son organisation, son sens patriotique et sa cohésion dépassant tout espoir promis.

Mais sa plus remarquable particularité fut la déterminante harmonie entretenue par Rome, sa cité mère, avec ses régions annexées, au point d'apporter à certaines d’entre-elles le désir de conserver à jamais la marque de la culture romaine. Le droit de cité, accordé aux anciens vaincus, dut fortement contribuer aux succès de la latinisation. D’ailleurs la résistance la plus accrue, dans l'ensemble de ces provinces, sera constatée face au danger barbare.

L'une de ces régions impériales, imprégnée du plus haut degré de romanité, était alors, la Gaule.

 

 

 

INTRODUCTIONL'Empire romainL'admirable réalisation coloniale de l'Empire romain se concrétisa, en majeure partie, sous sa vieille république, entre 509 à 27 av. J.-C. Ces cinq siècles républicains offrirent à l'œuvre romaine, la multiplication des conquêtes en terre italienne et sur les pourtours méditerranéens. Les prémices de la politique impériale se mirent lentement en place à l'issue des longues et impitoyables guerres civiles, et devinrent applicables dès l'an 27 av. J.-C. Malgré tout, la république ne fut pas abolie, offrant ainsi la durabilité indispensable au nouveau régime, car ses illustres lois veillaient à la sobriété de sa jeune sœur impériale. Le contrôle exercé par les institutions sénatoriales, au tout début de l'Empire, temporisait les excessives prétentions de certains Césars, n'ayant pu être contrés au sein d'une pure monarchie absolue.L'Empire était né, et le sénat en reconnaissait sa légitimité.Cinq siècles en feront son incroyable histoire. Deux phases essentielles se distingueront au cours de son existence. La première le Haut-Empire, de l'avènement d'Auguste* en 27 av. J.-C, jusqu'au-delà du règne de Commode*, peu après 192 apr. J.-C. La seconde le Bas-Empire, débutant dans les décennies qui suivirent la mort du Rex Commode et s'achevant à la déposition du dernier empereur d'Occident, Augustule Romulus en 476 apr. J.-C.L'histoire de la bataille des champs catalauniques se déroula en 451 apr. J.-C, quelque part en cette terre gauloise si tourmentée.

 Cet ouvrage retrace les événements de la bataille opposant Attila et ses terribles hordes hunniques aux populations du pays gallo-romain. Plusieurs paragraphes clefs se déroulent à Soissons et dans sa région.

NOUVEAU LIVRE
Alain Di Rocco  :

 "Année 451, la victoire de l'occident".

 

Copyright Association Bochages Productions - Les peintres de la plaine 2018